S 11 Mécanismes de l’évolution

Avant la séance

Faire l’activité en ligne.

activité en amont

 

 

 

 

 

 

Pendant la séance

Quand Homo sapiens arrive en Europe il y a 40 000 ans, cela fait longtemps qu’Homo neanderthalensis y est présent. Les deux populations vont vivre au même moment sur les mêmes territoires. Puis Néandertal disparaît sauf dans le sud de la Péninsule ibérique où il subsiste encore 1500 ans. L’hypothèse avancée pour expliquer la persistance d’Homo neanderthalensis dans le Sud de la Péninsule ibérique est qu’il a été favorisé par l’aridité entre 39 000 et 38 000 ans avant le présent (Événement de Heinrich, Moustérien), une aridité qui aurait momentanément arrêté l’arrivée d’Homo sapiens dans cette région.

Séance 11 Un regard sur l’évolution humaine (2)

Document d’aide :

À partir de l’exploitation des documents fournis, montrez que la persistance de Néandertal dans le sud de la Péninsule ibérique dépend de l’environnement et que ne survient que les espèces aptes à se reproduire et à s’adapter à ces changements climatiques.

Bilan :

A un instant donné, les individus d’une population ont une survie et une fertilité différentes selon les conditions du milieu (accès aux ressources alimentaires, compétition avec d’autres espèces, etc…). Ceux dont le phénotype est favorisé auront un plus grand nombre de descendants et la fréquence des allèles qu’ils portent augmentera à la génération suivante. C’est le mécanisme de sélection naturelle.

Ainsi sous l’effet de la pression du milieu, de la concurrence entre êtres vivants et du hasard, la diversité des populations change au cours des générations. L’évolution est la transformation des populations qui résulte de ces différences de survie et du nombre de descendants.

Au sein d’une même espèce, 2 populations isolées par une barrière géographique ou comportementale ont des échanges génétiques liés à la reproduction sexuée réduits et accumulent des différences génétiques. Au-delà -d’un certain seuil, ces différences peuvent empêcher les individus de deux populations de se reproduire entre eux : il y a alors isolement reproducteur. L’apparition d’une nouvelle espèce à partir d’une (ou deux) autre ancestrale est appelée spéciation.

Correction exercice


Le coin du professeur

Compétences que l’on cherche à construire (d’après le BO) sur 1 séance

Connaissances/notions :

  • Apparition et disparition d’espèces au cours du temps (dont les premiers organismes sur Terre). Maintien des formes aptes à se reproduire, hasard, selection naturelle.

Idées essentielles : Sélection naturelle, évolution de la biodiversité, lien avec reproduction, fossiles.

Compétences :

  • S’informer, recenser, extraire et organiser les informations pour mettre en évidence des faits d’évolution des espèces
  • Communiquer dans un langage scientifiquement approprié des résultats à l’écrit (paragraphe argumenté) pour doner des arguments en faveur de quelques mécanismes de l’évolution.

Compétences scientifiques:

Mettre en évidence des faits d’evolution des espèces et- donner des arguments en faveur de quelques mécanismes de l’évolution.

Acquis :

Le vivant et son évolution :

Idées essentielles de la classe de 5ème : Diversité et dynamique du monde vivant à différents niveaux d’organisation : montrer la diversité animal / végétal en lien avec les fonctions de nutrition et de transport.

Idées essentielles de la classe de 4ème : Diversité et dynamique du monde vivant à différents niveaux d’organisation : montrer la diversité animal / végétal en lien avec les fonctions de reproduction

Les consignes seront différentes en fonction du groupe :

  • Expert : les critères de la compétence ont été acquis en autonomie complète
  • Confirmé : tous les critères de la compétence ont été acquis, mais avec l’aide de ressources externes (internet, tutoriel)
  • Guidé : certains critères de la compétence ont été acquis, mais pas tous. La compétence est à repasser ou à confirmer.

Correction :

Le document 1 nous montre que, à la fin de la période HS4 (entre – 39 000 et – 38 200), la majorité des plantes étaient de type semi-désertique au sud-ouest de la péninsule ibérique, alors qu’au nord-ouest la fréquence de ces plantes était pratiquement nulle. Durant cette période, le climat de la région sud-ouest est donc caractérisé par une forte aridité.

Durant la période Gl 8 (à partir de - 38 200), au sud-ouest de la péninsule ibérique, il y a un changement climatique : la régression du climat semi-désertique liée à un réchauffement (diminution des plantes semi-désertiques et développement des Éricacées).

Cette caractéristique du climat semble avoir favorisé la persistance de populations de néandertaliens dans cette région.

Le document 2 montre que :

  • Avant la période HS4, les documents 2f et 2e indiquent que les Homo sapiens sont totalement absents dans la région sud-ouest de la péninsule ibérique alors que les néandertaliens y sont faiblement présents.

  • Durant la période considérée (– 39 000 à – 37 500) les Homo sapiens occupent nettement le nord de la péninsule (2d) mais sont toujours totalement absents dans le sud. En revanche (2c), cette région est nettement occupé par les néandertaliens.

Durant cette période, l’originalité du peuplement du sud de la péninsule ibérique réside dans le fait que néandertaliens et Homo sapiens ne cohabitent pas.

On peut penser que les néandertaliens ont été capables de s’adapter au climat semi-désertique, contrairement aux Homo sapiens

  • Le document 2b montre que les Homo sapiens ont alors, à la faveur de ce changement climatique, envahi le sud de la péninsule ibérique vers - 38 000. Les derniers néandertaliens ont donc vécu, dans cette région, séparés des Homo sapiens durant environ 1 500 ans.

    Le document 3 (calculé) indique que les conditions climatiques durant la phase Gl 8 étaient parfaitement compatibles avec l’occupation de toute l’Europe aussi bien par les néandertaliens que par les Homo sapiens. Or, le document 3 (réel) montre que, globalement, les néandertaliens ont pratiquement disparu d’Europe, ne persistant faiblement qu’en quelques régions, dont le sud de la péninsule ibérique. Ils s’éteindront totalement vers – 28 000.

    Conclusion

    La cohabitation entre Homo neanderthalensis et Homo sapiens s’est traduite dans toute l’Europe par la disparition des néandertaliens alors que les conditions climatiques (environnementales) permettaient leur survie.

    C’est sans doute la présence des Homo sapiens qui a entraîné la disparition des hommes de Neandertal. La compétition entre les Homo sapiens et les néandertaliens n’a pas eu lieu dans le sud de la péninsule ibérique durant la période où cette région a été soumise à un climat semi-désertique. Elle a commencé lors de la phase de réchauffement qui a suivi, jusqu’à l’extinction finale des néandertaliens. Les derniers à disparaître furent ceux du sud de la péninsule ibérique car, durant la phase HS4, les conditions climatiques les ont protégés des Homo sapiens.

Publicités